La «désindexation» de 1982 : un sérieux problème !


Remarquez, on s’en doutait bien un peu ! Cette année-là, on nous a enlevé l’indexation complète de nos régimes de retraite pour nous imposer la mesure suivante : le taux d’inflation annuel moins 3%. C’était évident qu’on allait devoir un de ces jours assumer les impacts financiers de ce décret. Mais peut-être qu’à l’époque on était plus jeune et on se sentait moins vulnérable. À tout le moins, avait-on espoir de regagner cette indexation complète dans de futures négos ! Hum ! Ce n’est pas exactement ce qui s’est passé ! Ce n’est que 17 ans plus tard, en 1999, qu’on a pu regagner un petit quelque chose, soit une rente indexée à 50% du taux de base (en passant, à moins que je me trompe, ce fut dans un contexte où il y avait un surplus actuariel quasi indécent à la Caisse de dépôt en regard de nos contributions aux divers régimes)! Bref, on l’aura saisi, ces pertes risquent de fragiliser sérieusement nos revenus de retraite et, de là, notre qualité de vie (que nous espérons la plus longue non!).


Pour ajouter à l’injure, celles et ceux qui viennent tout juste de prendre leur retraite ou qui la prendront dans les 2 prochaines années se sont vus ou se verront amputés d’une augmentation de salaire légitime grâce à cette chère Mme Forget qui a imposé 0% d’augmentation pour les 2 premières des 6 années ... du décret. Nada, nothing, pas un sou de rétro ! Comme le calcul de la rente se fait sur les 5 meilleures années, pour ces retraités, cette perte va évidemment se répercuter jusqu’à la fin de leurs jours.


Calcul de vos pertes à ce jour !


Avant d’aller plus loin, faites le calcul de votre perte cumulée découlant de la désindexation des régimes de retraite. Pour ce faire, l'A.R.E.Q. (Association des retraité-e-s de l'enseignement du Québec) a mis en ligne sur son site un intéressant outil de calcul pour évaluer quel montant de perte cumulée vous avez eu depuis votre prise de retraite. Prenez soin de bien lire les directives et ayez obligatoirement en mains le dernier «État des dépôts» qui vous a été envoyé par la Carra fin janvier 2008.


Cliquez ICI


Surpris-e, choqué-e du résultat obtenu ? Que peut-on faire alors ?


Depuis quelques années, plusieurs associations de retraités des secteurs public et parapublic ont sonné l’alarme et se sont mis à élaborer un plan pour revoir la question de la désindexation, particulièrement celle de la période 82-99. Une large alliance s’est formée qui représente plus de 120 000 personnes. Elle réunit entre autres l’Alliance des associations de retraités (AAR), l’Association of Catholic Retired Administrators (ACRA), l’Association des cadres retraités de l’éducation du Québec (ACREQ), l’Association des professionnelles et professionnels retraités du Québec (APRQ), l’Association québécoise des directeurs et directrices des établissements d’enseignement retraités (AQDER), l’Association des retraitées et retraités de l’enseignement du Québec (A.R.E.Q.), l’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP), le Regroupement des infirmières et infirmiers retraités (RIIR) et la Quebec Association of Retired Teachers (QART). Spécifiquement sur la question de l’indexation dans les secteurs public et parapublic, un Groupe de travail a été créé pour élaborer des demandes précises au gouvernement et élaborer une stratégie commune.


Le 16 octobre 2007, suite aux pressions et aux demandes insistantes de cette coalition, une motion de l’Assemblée nationale a été adoptée demandant au gouvernement de créer un comité pour étudier les principaux paramètres et faits pertinents reliés à l’indexation des régimes de retraite des secteurs public et parapublic. La nomination des représentants du Groupe de travail des associations de personnes retraitées des secteurs public et parapublic a été adoptée à l’unanimité de ses membres. Outre les membres nommés par les associations de personnes retraitées, le comité sera formé de deux experts indépendants nommés par le gouvernement après consultation des deux partis formant l’opposition à l’Assemblée nationale, ainsi que de représentants de la Commission administrative des régimes de retraite et d’assurance (CARRA) et du Secrétariat du Conseil du trésor. Il doit soumettre son rapport à l’Assemblée nationale au plus tard le 29 février 2008.

Pour les membres du Groupe, la création de ce comité est un pas en avant vers le rétablissement de l’équité pour les personnes retraitées de l’État. Cette avancée ne règle toutefois pas la question de façon définitive, puisque le comité se limitera à des conclusions factuelles qui permettront avant tout d’atteindre une compréhension commune des enjeux liés à la correction de la désindexation.

Rappelons que, depuis 2006, ce Groupe de travail des associations de personnes retraitées des secteurs public et parapublic réclame :

-la correction immédiate de l’iniquité actuelle des régimes de retraite des secteurs public et parapublic, afin que les personnes ayant accompli des années de service entre 1982 et 1999 obtiennent, pour ces années de service, le même niveau d’indexation que pour les années de service accomplies depuis 2000;

-la mise en place d’une table de travail permanente avec les principales associations de personnes retraitées des secteurs public et parapublic, notamment afin de discuter de solutions à long terme à apporter à leur appauvrissement continu depuis 1982;


-le maintien des taux de cotisation, au moins à leur niveau actuel, pour 3 ans.

Une mobilisation nécessaire


Il serait naïf de croire que cela nous sera donné tout cuit dans le bec. Il faudra sûrement se mobiliser en grand nombre pour faire aboutir de telles demandes. Ici, en Abitibi-Témiscamingue, une manisfestation a déjà eu lieu à Rouyn-Noranda le 16 novembre dernier, manifestation qui regroupait des retraités de plusieurs associations et/ou syndicats de la région. Ce qui importe c’est d’élargir encore plus ce regroupement et de parfaire le réseau de communications à cet effet car il apparaît que beaucoup n’étaient tout simplement pas au courant d’un tel mouvement.


Une rencontre d’information pour les Flyé-e-s concerné-e-s


Nous avons contacté M. Jacques Spooner, enseignant et syndicaliste retraité qui est en charge de ce dossier prioritaire à l'AREQ en région. Il s’est montré disponible pour venir informer les Flyé-e-s (pensionné-e-s via la Carra) lors d’une rencontre qui reste à déterminer dans le temps. Un message vous sera communiqué évidemment à cet effet.

Si notre pouvoir d’achat continue de diminuer comme ça, on va avoir l’air de
       quoi à 80 ans ???